Qui n’a jamais rêvé de gagner plus d’argent.

Pas forcément d’être riche, mais d’être suffisamment à l’aise pour ne plus stresser dès le 15 du mois.

Gagner plus d’argent n’est pas l’objectif ultime : c’est plutôt la traduction d’une reconnaissance de la valeur que vous apportez, à votre employeur, ou que vous créez par le biais de votre entreprise.

Dans cet article, je ne vais pas vous expliquer comment gagner 5 ou 10 € de plus par mois.

Je souhaite vous livrer diverses opportunités, qui vous rapporteront et vous feront gagner plus, de manière durable.

Savez-vous combien de fois cette requête « Comment gagner plus d’argent » est tapée sur le moteur de recherche de Google : 400 fois par mois ! Et si on prend toutes les questions indirectes liées à ce thème, on passe les 3 000 requêtes par mois.

Je m’attaque aujourd’hui à un vaste sujet qui mériterait bien plus d’un article.

Vous retrouverez donc 5 moyens, à votre disposition et utilisable dès maintenant, pour gagner plus d’argent.

Vous souhaitez gagner davantage d’argent ou augmenter votre rémunération ?

Très bien.

Appliquez ces techniques mais attention, cela risque de fonctionner.

Faire reconnaitre vos compétences actuelles


Et oui…

Cela démarre bien souvent par une petite « remise à niveau ».

Dans votre vie, vous avez fait des études, ou peut-être pas d’ailleurs.

Vous avez ensuite occupé différents postes et n’avez peut-être plus le niveau de diplôme en phase avec vos responsabilités, ou secteur d’activités.

En France, il existe un dispositif gratuit qui s’appelle la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), et qui se résume par cette simple formule :

Vos compétences et expériences d’aujourd’hui = votre diplôme demain.

En France, diplôme + expériences = salaire revalorisé ou + élevé.

C’est mathématique.

Vous pouvez être d’accord avec cela ou pas mais le fait est que cela se passe comme ça.

La méthode

Sans le diplôme, vous gagnerez toujours entre 10 et 30 % de moins, qu’une personne diplômée pour un même poste.

La VAE vous propose de trouver puis d’obtenir un diplôme en phase avec votre niveau de responsabilités, d’autonomie et d’expertise :

  • BAC
  • BTS
  • Licence
  • Master
  • Diplôme d’Etat type Educateur, Aide-Soignante, Assistant de Service Social, Moniteur Educateur…
  • Titre Professionnel…

Bref, vous l’aurez compris : vous avez un large choix et plus de 15 000 certifications enregistrées au RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles) sur lesquelles mener vos recherches.

Et si vous n’êtes toujours pas convaincu du fait qu’un diplôme booste votre rémunération, je vous le prouve en vidéo :

Les actions à entreprendre

Une fois votre diplôme trouvé et sélectionné, vous devez vous assurer de disposer au minimum d’un an d’expériences en lien avec le diplôme visé (1 607 heures d’expériences) et prendre attache avec l’organisme certificateur par la suite.

Pour cela rien de plus simple, comparez vos compétences actuelles/missions exercées avec le référentiel de certification du diplôme visé.

Si vous couvrez plus de 80 à 85 % des compétences présentes dans ce référentiel : foncez.

Si vous avez besoin d’aide sur ce sujet, j’ai rédigé un guide complet sur la VAE, qui vous présentera les acteurs, le dispositif, et les différentes étapes. Vous le retrouverez en fin d’article.

J’ai personnellement réalisé cette démarche, pour valider un Master et que j’ai obtenu en 6 mois avec mention. Je n’avais alors qu’un bac +2 (un BTS).

Ma rémunération a augmenté de + 25% en changeant par la suite d’entreprise.

Mes compétences étaient identiques : j’avais simplement une ligne en plus sur mon CV rubrique « Formation », ce qui a rendu mon nouvel employeur de l’époque plus généreux.

Acquérir des compétences rares ou spécifiques


Vous êtes comme une petite entreprise : vous incarnez votre entreprise personnelle.

Une entreprise dans un marché concurrentiel, va avoir tendance à se spécialiser ou se différencier pour survivre et servir un type de client avec un besoin spécifique.

Il en va de même pour vous.

Votre valeur

C’est le principe de l’ikigaï : bien qu’il soit utilisé à toutes les sauces, je trouve que c’est un bon résumé pour trouver votre mission, et vous faire (bien) payer pour cela.

L’ikigai est le parfait croisement entre ce :

  • Que vous aimez
  • Dont le monde a besoin
  • Pour quoi vous êtes susceptible d’être payé
  • Sur quoi vous êtes compétent/doué

Si vous arrivez à trouver ce qui correspond à ces 4 critères : c’est le jackpot pour vous car vous n’aurez plus la sensation de travailler.

C’est l’alignement parfait.

Exemple concret pour vous guider

Voici comment je me suis approprié ce questionnement pour exemple.

J’ai un goût prononcé pour le développement des compétences et l’accompagnement des personnes.

En France, il y a un défaut notable dans la qualité des accompagnements VAE qui sont menés auprès des candidats (sujet traité dans le premier paragraphe).

La bonne nouvelle et qu’en proposant des accompagnements de qualité, accompagnés d’une disponibilité totale pour mes clients, des candidats à la VAE réservent mes accompagnements.

70 % d’entre eux viennent aujourd’hui sur recommandations d’autres candidats que j’ai accompagnés.

Ma compétence réside dans le fait de faciliter le parcours du candidat pour l’aider à obtenir son diplôme et être à ses côtés durant sa démarche de certification de VAE.

Et je n’ai plus l’impression de travailler une seule journée depuis ces dernières années : car cette mission fait sens.

J’ai trouvé mon alignement entre passion, profession, mission et vocation.

Et vous ?

Effectuez cet exercice et trouvez également votre voie.

Attention, cela peut prendre du temps.

J’ai mis plus de 10 ans avant de la trouver, pensant que la formation puis le management constituaient au démarrage ma mission de vie.

Ce n’était pas totalement faux, mais pas totalement vrai non plus…

On tâtonne souvent un peu avant de se trouver véritablement.

Se former pour gagner plus d’argent

Et pour rester en forme…

De la même manière que vous entretenez votre silhouette, vous devez muscler votre cerveau.

Cela implique de lui procurer des informations qualitatives, sélectionnées avec exigence, qui vous permettront de progresser et d’accroitre vos compétences, ou d’étendre votre connaissance.

Apprenez des meilleurs.

Vous ne pouvez pas les rencontrer ?

En règle générale, des livres sont là pour résumer leur pensée, leur parcours et leur savoir.

Je ne saurais que trop vous recommander de réserver un certain % de votre rémunération mensuelle à l’achat de livres, de formations, de places pour des conférences…

Actualisez vos connaissances.

Ce que vous savez aujourd’hui ne sera plus vrai demain.

Le monde avance à une vitesse : à vous de suivre le rythme, voire de le donner.

Ne perdez pas une seule de vos journées sans apprendre quelque chose.

En France, en tant que salariés et indépendants (uniquement depuis la réforme de 2017), vous bénéficiez d’un abondement de 500 € par an sur votre Compte Personnel de Formation, avec un plafond maximum de 5 000 €.

Ce compte vous permet par la suite de financer des formations référencées sur le CPF.

Un moyen pour vous d’apprendre différentes choses, sans débourser 1 € de votre poche.

Et si vous vous donniez l’objectif de réaliser une formation par an pour vous spécialiser davantage dans votre domaine d’activités ?

C’est le défi que je vous lance.

gagner plus d'argent

Créer votre entreprise pour gagner plus d’argent


Vous êtes peut-être de ceux qui aiment entreprendre ?

Vous voulez une bonne nouvelle ?

Vos compétences actuelles valent plus, vendues sous forme de « prestation », qu’échangées contre un taux horaire fixe auprès d’un employeur.

Pourquoi ?

Parce que vous serez toujours payé X € de l’heure, quelle que soit votre prestation.

Vous n’avez que 24 heures dans une journée si nous faisons l’hypothèse que vous ne dormez jamais (ce qui est improbable).

Evidemment, en étant salarié vous pouvez obtenir des primes, une revalorisation salariale, mais c’est incomparable avec les prestations fournies et facturées par votre propre entreprise.

Attention : la vie d’un entrepreneur n’est pas rose.

En démarrant votre activité, vous allez devoir, en complément de votre poste, assurer pas mal de fonctions :

  • Gérer l’administratif et les déclarations fiscales
  • Réaliser la comptabilité ou trouver un comptable
  • Marketer votre offre
  • Définir un positionnement
  • Rechercher des clients
  • Travailler votre visibilité sur internet
  • Promouvoir vos services…
  • Conclure des partenariats

J’en passe et des meilleurs.

Lorsqu’on entreprend, on fait beaucoup de choses qui n’entrent pas réellement dans notre champ de compétences, ou ce pour quoi nous souhaitions être indépendant au démarrage.

Bien entendu, avec l’évolution de votre chiffre d’affaires, vous pourrez déléguer par la suite certaines actions.

Mais au démarrage, je recommande toujours d’assurer ces fonctions (à l’exception de la comptabilité), pour comprendre les tenants et les aboutissants de chaque chose.

L’idée d’entreprendre vous séduit ?

Un article complémentaire vous attend en bas de cette page pour vous accompagner et aller plus loin.

Comment augmenter son salaire ?


En demandant une augmentation salariale !

Quoi : on peut demander une augmentation ?

Evidemment, mais cela se prépare !

C’est pour cette raison que j’ai rédigé un article complet sur comment demander une augmentation (et évidemment l’obtenir).

Pour synthétiser les propos de cet article, apprenez à donner avant de demander.

Vous souhaitez être augmenté ?

Parfait.

  • Prenez un projet complémentaire à vos missions
  • Travaillez un point spécifique qui restait à améliorer chez vous
  • Augmentez votre CA si vous êtes commercial
  • Proposez un partenariat « gagnant-gagnant » à votre structure
  • Soyez une personne appréciée, avec qui il est plaisant de travailler et qu’on ne souhaite voir partir sous aucun prétexte

Que pouvez-vous apporter à votre entreprise, que vos autres collègues ne font pas ?

De quelle marge de manœuvre disposez-vous ?

Quels sont les besoins actuels de votre entreprise ou ses points d’évolution ?

Proposez, faites, évaluez votre action puis quand le temps sera venu :

Présentez tout ce travail et évaluez l’apport ou le gain pour votre employeur.

C’est de cette façon que vous pourrez par la suite obtenir une augmentation.

Venez à votre entretien annuel avec vos résultats, vos actions et votre analyse.

Proposez-vous-même un plan d’actions pour l’année suivante, selon l’analyse menée.

Soyez de ceux qu’on ne veut pas voir partir, et pour lequel on est prêt à payer plus pour le retenir.

Et pour formuler stratégiquement votre demande d’augmentation : suivez le guide que je vous propose en fin d’article.

Prendre un travail de prestataire


Vous avez des compétences qui peuvent être « vendues » autrement, que via un simple contrat de travail.

C’est ainsi qu’apparaissent les « missions » supplémentaires, qui peuvent au démarrage être un complément de revenus voire une manière de quitter le salariat :

  • Vous êtes webmaster : ces compétences sont recherchées et vous pouvez trouver des demandes. Postez des annonces sur des plateformes type 5euros.com pour démarrer
  • Educateur spécialisé ? Vous pouvez tout à fait là-encore assurer une prestation individuelle le week-end ou sur vos jours de repos, auprès d’une famille qui recherche un éducateur (et il y en a de la demande dans ce domaine…)
  • Sans évoquer un poste, vous pouvez avoir une réelle qualité/compétence de type « aisance dans la rédaction » et assurer des relectures d’écrit, de lettres de motivation, de CV, ou pourquoi pas écrire un livre sur un domaine spécifique
  • ….

Cette idée n’a aucune limite.

Elle présente l’avantage de le faire en complément de votre poste actuel, sans créer d’entreprise puisque vous pouvez avoir recours pour exemple au portage salarial.

Vous pouvez également utiliser le statut de la micro-entreprise pour démarrer et tester votre idée.

Et vous verrez : être à son compte est davantage rémunérateur qu’être salarié.

Evidemment pas au démarrage…

Vous gagnerez en accomplissement, en liberté, et en épanouissement.

Bonus : et cela personne n’y pense pour gagner plus d’argent !


Une autre manière de gagner plus d’argent est d’utiliser vos compétences actuelles dans un autre domaine d’activités ou autre secteur géographique.

Je m’explique.

Voyez-vous une différence entre un agent immobilier qui vend des biens dans la Creuse et un autre à Saint-Tropez ?

A part le soleil ?

Le potentiel du secteur !

Si vous êtes en partie payé à la commission, votre % sera plus intéressant sur la vente d’une maison dans le sud que dans la Creuse.

Pourquoi ?

Car le prix des maisons est plus élevé tout simplement.

Votre commission sera par voie de conséquence plus intéressante.

Par ailleurs, il y a plus de demandes que d’offres dans le sud, ce qui implique que vous aurez davantage de facilités à réaliser des transactions que dans la Creuse.

Autre exemple avec un poste d’Infirmier, ou celui d’un Educateur.

Votre rémunération sera-t-elle plus importante dans un établissement public, privé ou en exerçant en tant que libéral ?

Avez-vous analysé votre marché et calculé votre taux horaire selon les différents choix qui s’offrent à vous ?

Vous comprenez maintenant le raisonnement à avoir.

Vous avez le même diplôme que d’autres personnes.

Cependant, votre valeur va différer en fonction de vos choix de carrière et de l’environnement dans lequel vous allez exercer.

Comment gagner plus d’argent – Bilan


Nous venons donc de voir 5 moyens concrets de gagner plus d’argent + un bonus.

Je vous laisse également consulter les ressources complémentaires ci-dessous, qui vous apporteront davantage d’informations selon la ou les options que vous retenez pour augmenter votre rémunération.

Il y a mille et une façons aujourd’hui de gagner plus d’argent.

A vous de définir votre stratégie pour atteindre votre objectif.

Tous mes vœux de succès.

Alexandra

Articles complémentaires à consulter susceptibles de vous intéresser :

1 – Tout savoir sur la VAE et la valorisation de vos compétences

2 – Créer votre entreprise en 7 étapes 

3 – Comment demander une augmentation de salaire (et l’obtenir)